Un essai du Ricoh GR à la volée

Très classe dans sa coque noir mat, doté d’un excellent capteur, réactif et discret, le Ricoh GR a tout pour plaire. Pourquoi ne suis-je pas totalement convaincu?

Par Jean

Directeur de la rédaction

Dernier-né d’une longue série de compacts Ricoh haut de gamme, le GR respecte un design qui remonte au tout-premiers appareils argentiques du fabricant japonais: un objectif à focale fixe plutôt lumineux (équivalent 28mm à f :2,8) mais d’un encombrement minimum, un boîtier suffisamment réduit pour être glissé dans la poche, une ergonomie simplifiée mais dotées d’options de personnalisation étendues… Sur ces caractéristiques communes, le GR se singularise par son capteur: celui que Ricoh a réussi à intégrer dans son dernier-né compte 16 mégapixels dans un format APS-C, nettement (c’est le cas de le dire…) plus qualitatif que les habituels petits capteurs utilisés dans ses précédents modèles.

GR

Un grand capteur dans un petit boîtier

Le Ricoh GR se glisse facilement dans une poche, tout en étant suffisamment volumineux pour rester utilisable. De fait, la prise en main s’avère plutôt agréable: tenu entre le pouce et le majeur de la main droite, l’index posé sur le déclencheur, on manipule l’objet en tous sens avec facilité. Un léger renflement de la face avant gainée de caoutchouc (le terme « poignée » serait excessif) facilite l’opération, tandis que le pouce bénéficie du même revêtement antidérapant. Le faible poids de l’ensemble rend la prise de vue presque sécurisante… mais vous aurez toujours avantage à glisser la petite dragonne autour de votre poignet, on ne sait jamais!

IMG_5425

Ecran fixe…

Si le capteur APS-C garantit une qualité d’image respectable, c’est pourtant l’ergonomie de l’appareil qui permet (ou non) les prises de vue à la volée! Dans cet exercice, le Ricoh GR s’en sort plutôt bien. Réactif et bien contrasté, l’écran reste lisible en extérieur ; on regrettera naturellement qu’il ne soit pas orientable, ce qui impose presque toujours de le tenir à hauteur de visage, dans un geste qui manque de discrétion. C’est d’autant plus dommage que le déclenchement lui-même ne produit qu’un léger clic presque inaudible (on est loin des cliquetis d’un Sony Nex par exemple).

Une excellente image, bien exposée malgré le contre-jour...

Une excellente image, bien exposée malgré le contre-jour...

Mais l'examen plein format révèle une mise au point sur l'arrière-plan.

Mais l'examen plein format révèle une mise au point sur l'arrière-plan.

L’un des principaux soucis du photographe urbain concerne l’autofocus. Par défaut l’automatisme fonctionne correctement, sans plus : le délai dépend très largement de la quantité de lumière disponible. Quant à la précision, on constate toujours une (faible) proportion de « déchets », lorsque la mise au point s’effectue sur un autre plan que celui du sujet principal. Dès que ce dernier se trouve trop décentré, une telle déconvenue peut ruiner la photo… On fera alors appel, plutôt qu’à la mise au point manuelle (pas très pratique) à l’excellent mode SnapFocus qui permet de définir à l’avance une distance fixe et d’y verrouiller la mise au point.

Zoom très (trop) limité

Une fois l’image dans la boîte, on contrôlera rapidement l’exposition… mais pas le piqué : pour une raison inconnue, le zoom dans l’image ne fournit pas de vision à 100% ; il se limite à un grossissement x3,4 – insuffisant pour vérifier précisément la netteté du sujet. J’ai cherché dans les menus si cette limite pouvait être levée, mais sans succès. Il faut reconnaître à ce sujet que le GR offre une palette de réglages assez incroyable : chaque bouton ou presque peut être personnalisé, à condition d’étudier soigneusement le manuel. Un tel niveau de personnalisation requiert un investissement de temps au départ, qui se trouve largement récompensé à l’usage. Quand il s’agit de gagner quelques secondes, face à un sujet mobile, on apprécie par exemple de pouvoir modifier rapidement la sensibilité ISO.

_A031117

L’examen des images confirme la qualité des photos réalisées par le GR. Les détails sont fins (le capteur est dépourvu de filtre passe-bas), la focale relativement longue facilite la mise en évidence du sujet principal. L’avantage du grand capteur apparaît aussi dans la dynamique : en basse lumière les images ne se bouchent pas, les ombres restent exploitables. On peut facilement imprimer des images en A3+ sans être gêné par le bruit, même au delà de 800 ISO.

Ce tableau général s’avère donc très bon. Pourquoi diable ne suis-je pourtant pas transporté d’enthousiasme ? Voici quelques années, un tel appareil m’aurait paru idéal pour mon activité de « voleur d’image ». Mais j’ai récemment eu entre les mains des boîtiers presque aussi petits, dotés d’un écran inclinable et (surtout) tactile… Pouvoir, d’un doigt négligent, indiquer à l’écran une zone de netteté et déclencher du même geste, comme le permettent les derniers PEN d’Olympus ou le NX300 de Samsung, voilà ce qui manque à l’excellent GR.

Postez un commentaire

Votre email ne sera jamais publi ou diffus. Les champs obligatoires sont nots *

*
*
  • Matériels

  • 04.mai
  • <?php the_title(); ?>
  • Prise en main du Leica T
  • Une soirée chic, des hôtes de marque (dont un champion du monde de foot), des ronds rouges dans le décor… Leica nous a permis de prendre rapidement en main le LeicaT. Aussi révolutionnaire que l’UR-Leica d’il y a cent ans?

  • Logiciels

  • 10.nov
  • <?php the_title(); ?>
  • Le HDR d’un simple clic
  • Une nouvelle interface, des algorithmes revus et des fonctions à la fois plus simples et plus puissantes… Avec cette version 3, le logiciel de traitement d’image HDR Hydra joue désormais dans la cour des grands !

  • Solutions

  • 14.fév
  • <?php the_title(); ?>
  • Huit étapes pour devenir photographe pro!
  • Je viens de tomber sur ce petit article d’un certain Omar Zenhom, qui détaille en huit paragraphes le dur chemin du photographe professionnel vers le succès. Que les non anglophones se réjouissent ! Mitonné par mes soins, voici un petit résumé qui en tire l’essentiel.

  • Images

  • 19.nov
  • <?php the_title(); ?>
  • Les surprises de ParisPhoto
  • Une promenade dans les allées de ParisPhoto, sans autre souci que de s’emplir les yeux d’images, et de vous ramener quelques pépites !

Image = Magie

Cette citation d'Edouard Boubat paraît encore plus pertinente aujourd'hui, quand les nouveaux outils numériques façonnent des images inouïes. Photographier.fr est un atelier d'exploration et de recherche, animé par Jean Cassagne et consacré à la photographie numérique.

Nuage de mots-clés